Vous souvenez-vous de cette publicité — était-ce pour Loto-Québec ou La Française des jeux? — qui disait: « 100% des gagnants ont tenté leur chance »?

La Jeanne a tenté sa chance. Au Concours québécois d’entrepreneuriat, OsEntreprendre de son petit nom. Et elle a gagné!
Bon, je ne vous parle pas d’un gros gras grand prix, là… « juste » d’un prix local… pour commencer… mais il faut bien commencer quelque part! Aujourd’hui, on nous a annoncé que La Jeanne gagnait le premier prix dans la catégorie Économie sociale à l’échelon local, soit la MRC Memphrémagog.

Vous dire que je suis contente? Vous dire que je suis fière?
Pfffff… Ce serait peu dire! Je suis heureuse et fière à danser la danse de la joie tout en pleurant et tout en riant.

Les défis, votre dévouée moi-même aime ça. Les concours aussi, j’aime assez ça. Me pousser au c… pour quelque chose qui me semble franchement difficile mais quand même atteignable, c’est assez dans mes cordes.
C’est ainsi que, prenant à bras-le-corps mon sens de la compétition, mon grand amour pour cette entreprise qui m’est sortie du coeur et mon envie que La Jeanne rayonne plus fort et plus loin , je l’ai inscrite au concours OsEntreprendre 2021.

En vérité je vous le dis: cette envie-là n’a pas pris 5 minutes à réaliser, mais un bon 70 heures et un an. J’ai passé la semaine de relâche les fesses (douloureuses) sur le sofa, l’ordinateur sur les genoux et les yeux rivés sur l’ordinateur, à réécrire de façon extensive, voire compulsive, le plan d’affaires initial qui, un an après le lancement de La Jeanne, ne tenait plus la route.

Si La Jeanne n’avait pas obtenu la reconnaissance d’un prix local, j’aurais probablement affirmé haut et fort (tout en frottant mes fesses encore douloureuses) que j’aurais mieux fait de dormir pendant mes vacances. Mais voilà: tenter sa chance, dans la vie, c’est rarement se contenter de gratter le gratteux. C’est surtout faire des choix, s’y tenir et se donner les moyens pour arriver à ses fins. Même et surtout quand c’est pénible.

Ça se pourrait même que la joie soit à la hauteur de l’effort.
Là, là, ma joie est grande 🙂

PS: C’est quand même bizarre de célébrer seule dans son salon — pandémie oblige. Une chance qu’on a Facebook, tsé!

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *